artophile

in libro veritas

« Pièce Unique pour une seule pièce | Accueil | histoire caravagesque »

Commentaires

Lunettes Rouges

Je ne suis pas vraiment d'accord.

D'une part, en arts plastiques, la reproduction n'est pas l'oeuvre, à la différence de la musique ou de la vidéo. Le "produit", comme vous dites, est en effet unique : pour le voir, le "consommer", il faut y aller en personne, se déplacer. Je crois que montrer quelques images dans un blog soutient le propos et peut donner envie d'en savoir plus, de voir davantage, de voir pour de vrai, et donc ne nuit en rien, bien au contraire, à la fréquentation des musées (payants ou gratuits).

Quant aux catalogues, tant leurs textes que leur iconographie sont tellement plus importants et plus complets que les petits billets d'un blog que je ne crois pas non plus qu'ils nuisent à leur achat. Peut-être est-ce détrimental à l'achat de quelques cartes postales, et encore : la qualité de la photo y est bien meilleure que sur un écran.
Non, franchement, je ne vous suis pas sur ce plan, je crois que montrer quelques illustrations choisies a un rôle essentiel.

Quant à la gratuité des musées, je suis assez ambivalent, entre le désir de toucher le plus grand nombre, la nécessaire équation économique, et la "valeur" de l'art. Je ne résiste pas au plaisir de citer Jean Clair, qui en 1984, vitupérait contre Beaubourg et sa modernité (Beaubourg était alors gratuit ?):
"A Paris aujourd'hui, les lieux d'aisance eux-mêmes sont devenus payants. Maintenir la gratuité d'accès à un lieu de culture, c'est ouvertement dire que le pélerinage muséal vaut moins que la satisfaction des besoins corporels les plus grossiers, et que les oeuvres de l'art, c'est moins encore que de l'excrément." Ah le parfum rétrograde des écrits de Jean Clair...

mt

Bonjour,
Je trouve votre remarque intéressante, mais je ne crois pas que la reproduction tue l'œuvre originale. Elle peut susciter l'envie d'aller plus loin, d'aller à la rencontre (comme une photo ne fait pas connaître la personne). Je ne pense pas qu'il faille être trop radical, et penser que quelqu'un qui habite au fond de la Creuse ou du Texas sera intéressé par les images d'une exposition parisienne. C'est un don qui profite à tous, y compris celui qui donne, comme les blogs, qui sont gratuits. Il faut s'habituer à revoir nos critères d'appréciation. Ce n'est pas simple, parce que les artistes ont certes besoin de vivre, mais vivront-ils mieux s'ils sont exploités par les majors (en ce qui concerne la musique, par ex.), ou s'ils gèrent eux même leur catalogue et en retirent pour le coup un bénéfice honnête. Les dinosaures culturels sont en train de disparaître et ils ont tendance à crier fort et à vouloir influencer le cours inévitable de cette révolution.
De plus, je suis un peu surpris par le terme "consommation" lorsqu'il s'agit de culture.
(sinon, merci pour le lien, je vais faire de même sur mon blog!!!)

armuz

Les termes volontiers provocateurs de "produits" et "consommation" de ce billet visent justement à démontrer les effets pervers de la banalisation des oeuvres et de leur visibilité.

> LR, je comprends votre propos mais la limite est parfois ténue entre l'illustration qui donne envie et la présentation qui se suffit. Je tenais à (r)éveiller cette précaution. Quant à la gratuité des entrées, elle est certes nécessaire pour certains publics. Mais un musée doit se financer, si ce n'est sur les entrées, il doit alors se tourner vers les produits dérivés et le mécénat, ce à quoi je suis favorable (plus que vers l'état, tendance française).

> Mt : faire voir pour faire connaître pour faire aller...Je défendrais toujours la confrontation oeuvre/public, internet doit rester une ressource de connaissances et d'approfondissements. C'est la différence que l'on peut ressentir aux lectures comparées de BAM et ArtPress.

Rykner

Bonjour,

Je ne prendrai pas partie sur les images portant sur des oeuvres contemporaines ou pas encore tombées dans le domaine public.
En revanche, pour l'art ancien, les seuls droits d'auteur sont ceux du photographe. Le propriétaire n'a pas de droit d'auteur (encore heureux) et encore moins les musées (leurs oeuvres sont dans le domaine public).
Donc, il est tout à fait possible de reproduire une oeuvre d'art ancienne sous réserve :
- que vous soyez le photographe (et l'interdiction de photographier dans les musées publics est à mon sens tout à fait abusif, et certainement illégal),
- ou que vous disposiez d'une photo dont l'auteur autorise la publication,
- ou que vous ayiez une photographie dont l'auteur n'est pas connu (il faut alors mettre un copyright D.R., c'est à dire "droits réservés".)

Pour conclure, considérer la photographie d'une oeuvre d'art (surtout un tableau ou un dessin) comme une oeuvre en soi est sur le plan du principe très discutable.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.